Partager

International

La synthèse

La Hongrie, caillou dans la chaussure de l’Union Européenne

Par Philippe Oswald - Publié le 12 mai 2020

Qu’il s’agisse du coronavirus, de l’immigration ou des lois « sociétales », la Hongrie a le don de s’attirer les foudres des instances européennes. Le 30 mars dernier, le Parlement hongrois a voté, par 138 voix contre 53, une loi permettant au gouvernement de légiférer par ordonnances pour lutter contre l’épidémie de la Covid-19. Le premier ministre Viktor Orbán obtenait ainsi les pleins pouvoirs pour un temps indéfini. Le résultat semble probant : la Hongrie (9,7 millions d’habitants) enregistre, ce 12 mai, 425 morts, vingt fois moins que la Belgique (8700 morts) plus peuplée (11,4 millions d’habitants). Même si ces comptabilités doivent être considérées avec prudence, la Belgique attribuant « généreusement » au coronavirus toutes les morts dites « suspectes », l’écart entre ces deux petits pays européens est abyssal ! La recette hongroise ressemble à celle des pays asiatiques les plus réactifs (Taiwan, Corée du Sud) : dès la déclaration de « l’état de danger » (11 mars), fermeture des frontières, des universités, des écoles, limitation des rassemblements, télétravail, suivies en Hongrie de mesures de confinement encore plus drastiques après l’adoption le 30 mars de la loi permettant la gouvernance du pays par ordonnances tant que durera la situation d’urgence.

Malgré un système de santé fragile, la Hongrie a remarquablement résisté au coronavirus. Mais au lieu d’en être félicitée par l’Union européenne, elle a été tancée par la présidente de la Commission Ursula von der Leyen, et par nombre de parlementaires européens et de médias (cf. en lien ci-dessous un article typique inspiré par « une ONG américaine influente ») pour avoir octroyé des pouvoirs spéciaux à durée indéterminée au Premier ministre Viktor Orbán. Celui-ci a pourtant précisé au Parlement hongrois : « Je comprends la question autour de la durée. Mais, c’est à vous de décider quand l’état de danger doit prendre fin. Demain vous pouvez me reprendre ce droit si vous le souhaitez. » Toutefois les défenseurs de la liberté d’information et d’expression opposés à la proposition de loi Avia pour censurer internet qui sera vraisemblablement votée demain (13 mai) en France, ne peuvent approuver la nouvelle législation hongroise permettant de sanctionner, par une amende, voire une peine de prison, ceux qui diffusent « intentionnellement » de « fausses nouvelles » à propos de la Covid-19.

Mais c’est surtout son choix de la famille contre d’autres « valeurs » promues par l’UE qui est la principale pomme de discorde entre la Hongrie et l’UE. En novembre 2018, le gouvernement hongrois a lancé une consultation dans laquelle figurait cette question : « Approuvez-vous le fait que le déclin démographique doive être corrigé à travers un soutien appuyé aux familles plutôt que par l’intermédiaire de l’immigration ? » Quelques mois plus tard, en février 2019, lors de son discours annuel à la nation, Orbán déclarait que 93% des 1 400 000 Hongrois qui avaient renvoyé le questionnaire, avaient fait le choix de la famille. Et qu’en conséquence, toute une politique familiale favorisant la natalité serait appliquée dès le 1er juillet suivant. Autre pomme de discorde avec certaines « valeurs » portées par les instances européennes, l’idéologie du « genre ». Après avoir engagé le gouvernement à ne pas ratifier la convention « pro-gender » d’Istanbul (2011), le parti Fidesz, par l’intermédiaire du vice-Premier ministre, a présenté au Parlement, le 5 mai 2020, un projet de loi liant la définition des sexes féminin et masculin à la biologie.

En mars 2019, la droite libérale européenne a suspendu de son groupe parlementaire, le Parti Populaire Européen (PPE), le parti du premier ministre hongrois, le Fidesz. Mais elle n’a pas été capable d’organiser un vote sur l’exclusion du Fidesz, lors d’une réunion des chefs de file des partis membres du PPE à Bruxelles en février dernier. Le président du PPE, Donald Tusk, s’est contenté de déclarer : « Si la situation ne change pas, je ne vois pas le Fidesz revenir dans notre famille, du moins tant que j’en serai président ». Il a ajouté qu’il convoquerait un congrès consacré à la « redéfinition des valeurs fondamentales » du parti européen… au premier semestre 2021, ce qui laisse du temps pour la réflexion. Le Fidesz reste donc suspendu mais non exclu du PPE. En réalité, le PPE est profondément divisé sur l’éventuelle exclusion du Fidesz qui pourrait l’inciter à rejoindre les partis « populistes » polonais et italien. Quant à Orban, il tient à ce que son parti reste membre du PPE, premier parti de l’UE. Et il sait que les Vingt-Sept auront besoin de la Hongrie pour voter le -ô combien délicat !- budget européen 2021-2027.


La sélection

Les dernières sélections