Partager

International

La synthèse

La guerre des déchets est déclarée

Par Judikael Hirel - Publié le 29 mars 2019

En France comme à travers le monde, on parle de recyclage autant qu'on le pratique, mais sans connaître les coulisses de ce qui est devenu une activité des plus rentables à travers le monde. En fait, au cours des trois dernières décennies, environ la moitié des déchets recyclables de la planète finissaient en Chine. Or la Chine ne souhaite plus être la poubelle de l’Occident, un statut qui ne correspond pas à ses nouvelles ambitions hégémoniques.

Début 2018, l’Empire du Milieu a ainsi décidé de cesser de réceptionner la plupart des déchets à recycler issus de l’Occident. L'équivalent de 4.000 containers par jour rien que pour les Etats-Unis. Ce marché du recyclage des déchets est désormais repris à leur compte par des pays tels que l’Inde ou la Thaïlande, mais pas au même prix.

Conséquence : le coût du recyclage des papiers, canettes et autres plastiques a été, quasiment du jour au lendemain, multiplié par quatre pour des pays tels que l’Australie, le Canada et les Etats-Unis. Alors qu’à New York, ne pas recycler vous expose à une amende salée, des centaines de villes américaines renoncent actuellement à des programmes de recyclage des déchets qu’elles ne sont plus en mesure de financer. À l’heure où le discours sur l’écologie et le réchauffement climatique est omniprésent, voilà qui fait désordre. Ainsi, une grande ville comme Philadelphie préfère désormais incinérer les déchets recyclables de ses 1,5 million d’habitants pour produire de l’énergie, tandis que ceux de l’aéroport de Memphis finissent désormais, comme bien d’autres, tout simplement à la décharge. À quoi bon, dans ces conditions, continuer à trier et recycler, sinon pour se donner bonne conscience ?

Jusqu'en janvier 2018, la Chine était donc le principal acheteur des déchets recyclables collectés à travers l’Occident. Et ce sans que la plupart des Occidentaux n'en soient même au courant. Transporter des déchets par voie de mer pour les recycler, avec un coût carbone tout sauf négligeable, cherchez l’erreur… Selon les chiffres de l'université de Georgie, la fin de l'importation des déchets à recycler par la Chine représente  un volume de 111 millions de mètres cubes n'ayant nulle part où aller d'ici à 2030. La seule solution logique, désormais, est non pas de transporter des déchets pour les recycler, mais d’en générer moins. Alors qu’en Europe, une dizaine de catégories de produits plastique à usage unique seront interdits à compter de 2021, les grandes entreprises (Procter & Gamble, Unilever, Nestlé, PepsiCo…) commencent pour leur part à utiliser des plastiques et emballages réutilisables. La guerre des déchets est déclarée.


La sélection

Les dernières sélections

Pourquoi s'abonner à LSDJ ?

Vous êtes submergé d'informations ? Pas forcément utiles ? Pas le temps de tout suivre ?
Nous vous proposons une sélection pour aller plus loin, pour gagner du temps, pour ne rien rater.

 Sélectionner et synthétiser sont les seules réponses adaptées ! 

0€ si vous voulez, 20€ (conseillé), ou tout montant de votre choix.
Le paiement de mon abonnement permet à LSDJ de poursuivre la diffusion d'informations de qualité, d'assurer son indépendance, et de pérenniser son avenir.