Partager

Société

La synthèse

La guerre contre Noël est une haine de soi-même

Par Philippe Oswald - Publié le 26 décembre 2017

La période de Noël a vu une nouvelle résurgence d’antichristianisme primaire. Place Saint-Pierre, à Rome, le matin de Noël, une Femen s’est précipitée sur la crèche du Vatican pour s’emparer de la statue de l’Enfant Jésus sous prétexte de dénoncer le « sexisme » de l’Eglise. Le 13 décembre, les enseignants qui accompagnaient des écoliers à une séance de cinéma à Langon (Gironde) ont fait interrompre la séance du film d'animation américain « L'Étoile de Noël » comme contrevenant au principe républicain de laïcité. Quelques semaines plus tôt, c’était la condamnation, toujours au nom de la laïcité, de la croix surplombant la statue de Jean-Paul II à Ploërmel.

Ce laïcisme agressif a depuis longtemps franchi l’Océan pour frapper, non les Etats-Unis, mais le Canada français, pays de tradition catholique. Il sévit notamment au Québec, la « Belle Province », qui remplace les « Joyeux Noël » par « Joyeuses fêtes » et même par «Joyeux Décembre» à Montréal…

Revenant sur ces épisodes tragi-comiques dans son blog du Journal de Montréal, Mathieu Bock-Coté sociologue, enseignant, essayiste et chroniqueur québécois, se demande ce que cachent ces charges primaires.  Pourquoi cette guerre contre Noël ? Pourquoi « lutter contre le catholicisme comme s’il demeurait le principal obstacle avant l’avènement d’un nouveau monde pour de bon délivré de la tradition » et ce, alors même que l’occident est menacé par un « islam politique particulièrement militant » ?              

Sa conclusion : Ce « zèle déconstructeur » qui pousse à éradiquer toutes les traces du christianisme (comme avait tenté de le faire la Révolution française) revient à nier que le catholicisme a servi de matrice civilisationnelle au monde occidental et par conséquent aussi à la laïcité.  C’est la haine de soi poussée jusqu’à l’automutilation. Celle-ci entraîne, entre autres conséquences, que les sociétés occidentales se montrent de plus en plus rétives aux exigences de l’hospitalité.


La sélection

Les dernières sélections

Pourquoi s'abonner à LSDJ ?

Vous êtes submergé d'informations ? Pas forcément utiles ? Pas le temps de tout suivre ?
Nous vous proposons une sélection pour aller plus loin, pour gagner du temps, pour ne rien rater.

 Sélectionner et synthétiser sont les seules réponses adaptées ! 

0€ si vous voulez, 20€ (conseillé), ou tout montant de votre choix.
Le paiement de mon abonnement permet à LSDJ de poursuivre la diffusion d'informations de qualité, d'assurer son indépendance, et de pérenniser son avenir.