La Sélection du jour | La grande détresse des Arméniens (n°1128)
Partager

International

La synthèse

La grande détresse des Arméniens

Par Philippe Oswald - Publié le 24 novembre 2020

Après le cessez-le-feu signé entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan au soir du 9 novembre (LSDJ n°1116), une partie du Haut-Karabakh, peuplé à 80% d’Arméniens, est désormais aux mains des Azéris.
« J’avais dit qu’on chasserait [les Arméniens] comme des chiens, nous l’avons fait » a claironné le président de l’Azerbaïdjan, Ilham Aliev. Cette défaite au Haut-Karabakh (Artsakh, de son nom originel), rouvre pour les Arméniens la blessure mal cicatrisée du génocide perpétré par les Turcs en 1915 et des nombreux massacres qu’ils ont subis de la part des Azéris, musulmans turcophones (en 1918, 1920, 1988, 1990…). Ceux-ci se sont lancés à l’attaque du Haut-Karabakh le 27 septembre après une longue préparation militaire. Malgré la défense acharnée des combattants arméniens, ils ont remporté la victoire grâce à l’aide massive de la Turquie en armes sophistiquées (dont des drones) et en personnel, avec notamment plusieurs milliers de djihadistes dépêchés de Syrie par Erdogan. Tous les moyens ont été employés pour perpétrer cette nouvelle épuration ethnique contre les Arméniens, y compris des bombes à sous-munitions et des bombes au phosphore. Au total, dans les deux camps, les combats auraient fait plus de 5000 morts. Le cessez-le-feu a été signé sous le patronage de la Russie, ce qui renforce l’amertume des Arméniens qui se sentent sacrifiés sur l’autel de la « realpolitik ».

Cette tragédie est le fruit empoisonné de deux régimes totalitaires, l’un d’hier, le communisme soviétique, et l’autre, bien vivace, l’islam, qu’Erdogan veut rendre conquérant sous la houlette d’un nouvel empire turc. Ce sont les bolchevicks qui, sous l’inspiration de Staline, attribuèrent le Haut-Karabakh, peuplé de chrétiens depuis mille six cents ans, à l’Azerbaïdjan musulman en 1923. À la chute de l’URSS, l’Arménie affronta l’Azerbaïdjan pour récupérer cette enclave (11 000 km2 de montagnes fertiles, en particulier pour le vignoble). Au terme de deux ans de rudes combats, les Arméniens l’emportèrent et récupérèrent le Haut-Karabakh en 1994, grâce, alors, au soutien des Russes. Mais cette situation n’a jamais été entérinée par le droit international, resté figé sur le découpage pratiqué par Staline pour mater les chrétiens arméniens. Autant d’éléments historiques et juridiques dans la partie d’échecs qui se joue aujourd’hui entre Poutine et Erdogan, tour à tour alliés et adversaires, et dont sont exclus les Occidentaux, impuissants ou indifférents au sort des Arméniens. En imposant un cessez-le feu qui fige les combattants sur l’ancien découpage soviétique, Poutine entend bien rester maître du jeu sur l’échiquier caucasien, et le signifier à toutes les anciennes « républiques », à commencer par l’indocile Arménie dont le jeune président, Nikol Pachinian, s’était pris pour un chef de guerre en faisant fi des appels à la modération du Kremlin. En permettant à l’Azerbaïdjan de récupérer une partie du Karabakh sans lui permettre d’envahir l’Arménie, Poutine veut empêcher que ce pays riche en pétrole bascule dans le giron d’Ankara.

Sur les 150 000 habitants arméniens du Haut-Karabakh, 90 000 civils – la quasi-totalité des habitants chrétiens de la zone désormais occupée par les Azéris musulmans – ont fui la guerre pour se réfugier en Arménie. Hommes, femmes, enfants, personnes âgées, ils ont dû quitter précipitamment leurs maisons et se trouvent démunis dans les premières rigueurs hivernales. Une catastrophe humanitaire pour ce petit pays de 3 millions d’habitants.

L’Œuvre d’Orient a donc décidé de créer un fonds de soutien pour « aider les communautés chrétiennes arméniennes à aider ces réfugiés ». Il s’agit de donner un toit aux réfugiés, de financer les hôpitaux où sont soignés les nombreux blessés, de soutenir les familles et de scolariser les enfants, précise Mgr Pascal Gollnish, directeur général de l'Œuvre d'Orient, dans un entretien à RCF (en lien ci-dessous). L’aide à apporter est matérielle mais aussi spirituelle, souligne-t-il, en rappelant que les Arméniens, majoritairement « chrétiens apostoliques » (membres de l’Église chrétienne orthodoxe autocéphale), comptent aussi un petit pourcentage de catholiques.


La sélection

Les dernières sélections