La Sélection du jour | La France peut-elle regagner sa place en Afrique ? (n°629)
Partager

International

La synthèse

La France peut-elle regagner sa place en Afrique ?

Par Antoine Carthago - Publié le 17 avril 2019

Les résultats de l’enquête "Africaleads", qui mesure l’image qu’ont les grandes puissances en Afrique, a de quoi heurter l’amour propre de la France. En effet, notre pays ne serait que cinquième à avoir la meilleure image en Afrique, loin derrière l'Allemagne, la Chine, les Etats-Unis et le Japon.

Cette enquête montre certes que les grandes marques françaises présentes sur le continent (Orange, Total…) sont les premières citées et sont appréciées. Mais la France semble être jugée comme un partenaire peu bénéfique pour l’Afrique (seulement 53% d’avis positifs, contre 81% pour la Chine ou l’Allemagne). Comment l’expliquer ? Cette image dégradée serait la conséquence d’une ambition française réduite en Afrique, notamment de la part des acteurs économiques qui, grandes entreprises bien établies mise à part, seraient particulièrement frileux à investir sur le continent. Cette tendance serait renforcée par un dispositif de soutien économique de l’Etat jugé peu efficace par 85% des entreprises, particulièrement les PME. Enfin, une aide au développement trop faible et peu innovante qui fait pâle figure face à l’Allemagne qui donne le double, ou encore la Chine, dont l’aide dépasse les 100 milliards de dollar par an, et intervient en soutien direct à ses entreprises.

Or l’Afrique est un continent hautement stratégique où se jouera l’avenir de la croissance mondiale. Tout d’abord sur le plan démographique : de 1,2 milliard aujourd’hui, le nombre d’Africains devrait passer à 2,5 milliards en 2050 et 4,5 en 2100, soit 40% de l’humanité ! C’est autant de besoin en infrastructures, en capacité de production, de consommation, en nouvelles technologies et solutions innovantes pour que le développement puisse suivre le rythme de l’accroissement de la population. L’Afrique est donc un relais de croissance potentiel important pour nos entreprises, qui risque de pâtir d’une image en berne de la France. Cela nuira aussi à l’influence politique de Paris, pourtant essentielle pour participer à la résolution des crises que traverse le continent africain, et légitimer ainsi le siège permanent de la France au Conseil de sécurité de l’ONU.

Les résultats de l’étude Africaleads doivent cependant être relativisés. L’enquête n’a pas été conduite dans toute l’Afrique, mais seulement dans huit pays francophones, et n’a concerné que 1244 personnes. Ainsi, elle n’évalue pas l’image de la France "en Afrique", mais dans ses anciennes colonies, ce qui n’est certainement pas sans lien avec son image dégradée quant à son rôle sur le continent. Enfin, il s’agit de la première enquête du genre, ce qui rend difficile toute comparaison ou définition de tendance. La prochaine édition devrait intégrer des pays anglophones, ce qui permettra d’affiner et peut-être de nuancer l’analyse. Il n’en demeure pas moins vrai qu’en Afrique, y compris francophone, la France ne peut se reposer sur sa présence établie face à la concurrence mondiale de plus en plus présente, dans le domaine économique, mais également en termes d’influence ou de sécurité.


La sélection

Les dernières sélections

Pourquoi s'abonner à LSDJ ?

Vous êtes submergé d'informations ? Pas forcément utiles ? Pas le temps de tout suivre ?
Nous vous proposons une sélection pour aller plus loin, pour gagner du temps, pour ne rien rater.

 Sélectionner et synthétiser sont les seules réponses adaptées ! 

0€ si vous voulez, 20€ (conseillé), ou tout montant de votre choix.
Le paiement de mon abonnement permet à LSDJ de poursuivre la diffusion d'informations de qualité, d'assurer son indépendance, et de pérenniser son avenir.