Partager

Economie

La synthèse

La France des pauvres ne cesse de progresser

Par Judikael Hirel - Publié le 28 octobre 2019

C’est un fait : la pauvreté a encore augmenté en France l’an passé. La théorie du ruissellement, des plus riches vers les plus pauvres, ne semble pas se vérifier : 14,7% de la population française avait un niveau de vie inférieur au seuil de pauvreté en 2018, selon l’Insee. Soit une augmentation de 0,6 point par rapport à 2017.

Au total, les statistiques décomptent aujourd’hui 9,3 millions de pauvres en France. Ce n’est pas là la mesure d’un pouvoir d’achat, entre revenus et dépenses, mais une indication de la part de la population vivant avec des revenus représentant 60% du revenu médian. Selon l’Insee, si les inégalités ont augmenté en France l’an passé, c’est notamment en raison d’une part de la baisse des allocations logement dans le parc HLM, et d’autre part de la très forte hausse de certains revenus des capitaux, notamment des dividendes perçus par les ménages les plus riches en 2018 (environ + 60%). Cette augmentation des dividendes versés aux ménages découlerait de la mise en place du prélèvement forfaitaire unique (PFU), qui abaisse la fiscalité de certains revenus du patrimoine. Dit autrement, contrairement à l’intention affichée, la politique fiscale a fait repartir les inégalités à la hausse. Désormais, la masse des niveaux de vie détenue par les 20% de personnes les plus aisées est 4,4 fois plus importante que celle détenue par les 20% les plus modestes.

En parallèle, 2018 décroche également un triste record, selon la Fondation Abbé Pierre : jamais les chiffres des expulsions locatives n'ont été aussi élevés, avec plus de 36 000 personnes expulsées de leur logement. À noter que 15 993 ménages ont été expulsés en présence des forces de l'ordre, une hausse de 2,9% sur un an. La Fondation précise qu'entre "deux et trois fois plus" de ménages sont réellement expulsés, beaucoup partant avant l'arrivée des forces de l’ordre. La Fondation Abbé Pierre a réclamé lundi 28 octobre, un "plan d'urgence" afin d’enrayer ce phénomène qui s'aggrave d'année en année. Elle souhaite notamment le triplement du budget du fonds d'indemnisation des bailleurs, permettant aux préfets d'empêcher une expulsion en compensant financièrement le propriétaire. En effet, ce fond d'indemnisation est passé de 78 millions d'euros en 2005 à 24 millions d'euros en 2017… La Fondation souhaite aussi que soient doublées les aides distribuées par les départements aux ménages en difficulté via le Fonds de solidarité logement (FSL).


La sélection

Les dernières sélections