La Sélection du jour | La foudroyante démission du cardinal Becciu (n°1078)
Partager

Eglise

La synthèse

La foudroyante démission du cardinal Becciu

Par Philippe Oswald - Publié le 26 septembre 2020

Coup de tonnerre au Vatican. La foudre est tombée par ce communiqué laconique du Saint-Siège en fin d’après-midi, le 24 septembre : « Le Saint Père a accepté la renonciation de sa charge de préfet de la Congrégation des causes des saints et de ses droits liés au cardinalat présentée par son éminence le cardinal Giovanni Angelo Becciu. » La démission surprise d’un des principaux cardinaux de la Curie (collaborateurs directs du pape) n’a en effet rien d’anodin. Le cardinal Becciu n’est âgé que de 72 ans (l’âge de la retraite canonique est de 75 ans) et semble en parfaite santé. Or, non seulement le pape François a accepté sa démission au terme d’une entrevue qu’on dit orageuse, mais il l’a assortie d’une renonciation « aux droits liés au cardinalat ». Autrement dit, s’il reste formellement cardinal, Giovanni Angelo Becciu perd son rôle de conseiller du souverain pontife (notamment lors d’un consistoire) mais aussi la possibilité d'élire un nouveau pape lors d'un conclave (un cardinal reste électeur jusqu’à 80 ans).

Avant d’être créé cardinal il y a deux ans par le pape François et nommé préfet de la Congrégation des causes des saints (le dicastère chargé d’enquêter sur les béatifications et canonisations), Giovanni Angelo Becciu avait été durant sept ans (de 2011 à 2018) substitut de la Secrétairerie d'État du Saint-Siège. Un poste clé de l’administration du Vatican, dont la fonction est grosso modo un mixte entre celle d’un secrétaire général de l’Elysée et celle d’un ministre de l’Intérieur. Le substitut du Saint-Siège est l’homme de confiance du pape, avec lequel il est en contact constant. Ce fut le cas pour Mgr Becciu auprès de Benoît XVI, qui l’avait nommé à ce poste, puis auprès du pape François, jusqu’à son élévation à la dignité de cardinal à l’été 2018.

Mais un an après avoir reçu la barrette, le cardinal Becciu était sur la sellette. Son nom revenait dans une enquête diligentée par la justice vaticane sur l’achat d’un immeuble dans le très sélect quartier de Chelsea, à Londres. La procédure de cet achat assorti de montages financiers complexes, pour ne pas dire opaques, avait été lancée en 2014 par Mgr Becciu, alors substitut de la Secrétairerie d'État, au motif, a-t-il expliqué aux enquêteurs, qu’il fallait « faire travailler l'argent des fonds de la secrétairerie d'État ». Cette enquête interne avait déjà mis en cause cinq employés de la Secrétairerie d’État et conduit, en juin dernier, à l’arrestation d’un homme d'affaires italien, remis depuis en liberté provisoire. Mais d’autres révélations ont sans doute décidé le pape à « accepter la démission » du cardinal Becciu. Notamment celles que rapporte l’hebdomadaire italien L’Espresso à paraître dimanche prochain, selon lesquelles le cardinal, originaire de Sardaigne, a favorisé en la dotant de centaines de milliers d’euros issus de dons récoltés par l’épiscopat italien et le Saint-Siège, une coopérative s’occupant d’insertion sociale en Sardaigne gérée par l’un de ses frères. Deux autres frères du cardinal auraient bénéficié de « dons » ciblés, réinvestis par la famille dans des activités financières peu claires qui auraient coûté « 450 millions d'Euros » au Saint-Siège selon L’Espresso. Le cardinal Becciu se défend de tout « détournement de fonds » en justifiant les dons faits aux entreprises dirigées par deux de ses frères et en niant les accusations rapportées par L’Espresso concernant le troisième frère, un brasseur de bière.

Pour les vaticanistes, le signe est clair : après s’être attaqué aux questions de mœurs et notamment à la pédophilie dans l’Eglise, le pape François a lancé une nouvelle bataille contre la corruption financière au Vatican (la nouvelle loi anti-corruption est entrée en vigueur le 15 juillet 2020). L’avenir dira si l’éviction du cardinal Becciu amènera le pape à réviser certaines mesures prises sous son inspiration, par exemple à l’encontre de l'Ordre de Malte, en 2017. Quoi qu’il en soit de ce dossier, un autre cardinal a livré depuis l’Australie son sentiment sur la chute du cardinal Becciu : « Le Saint-Père a été élu pour nettoyer les finances du Vatican. Il joue sur le long terme et doit être remercié et félicité pour ces récents développements. J'espère que le ménage des écuries continuera ». Le signataire de ces lignes est le cardinal George Pell, ancien secrétaire à l'Economie du Saint-Siège. Appelé à Rome par le pape François précisément pour « faire le ménage » dans les finances de l’Eglise, le cardinal Pell s’était heurté à la Secrétairerie d'État, autrement dit au substitut Becciu, avant d’être soudainement accusé de pédophilie dans son pays où il s’était rendu en 2018 pour en répondre devant la justice. Condamné à six ans de prison et incarcéré en février 2019 à l’issue d’un procès considéré comme inique par de nombreux juristes dans le monde, le cardinal Pell avait finalement été relaxé et libéré en avril 2020 par la Haute Cour de Justice d’Australie, la plus haute juridiction du pays (cf LSDJ n°930).


La sélection

Les dernières sélections