Partager

Santé

La synthèse

L’ IA de Google détecte 94,4% des cancers du poumon

Par Judikael Hirel - Publié le 28 mai 2019

De plus en plus, l’intelligence artificielle est appelée à devenir le copilote du médecin. Les équipes de Google ont appliqué l’intelligence artificielle aux problèmes de santé. Elles se sont notamment penchées pendant trois ans sur l’une des premières causes de décès au monde, le cancer du poumon. Un des cancers les plus meurtriers, tuant 1,7 million de personnes par an, soit plus que ceux du sein, de la prostate et colorectal réunis… C’est également l’un de ceux dont le taux de survie est le plus bas, sauf s’il est diagnostiqué et traité tôt.

Et c’est justement ce que l’intelligence Artificielle semble pouvoir permettre, selon les résultats de ces recherches tout juste publiés dans la revue Nature Medicine. Les chercheurs de Google AI sont parvenus à mettre au point une intelligence artificielle capable de réaliser toutes les étapes de dépistage du cancer du poumon de façon totalement autonome, aussi bien, voire mieux que ne le ferait des radiologues chevronnés. En effet, avant de devoir réaliser une biopsie, le dépistage du cancer du poumon se fait par scanner. Mais comment l’interpréter ? Les chercheurs ont permis à leur IA d’apprendre en lui fournissant les clichés médicaux de 14.000 personnes, dont 638 atteintes d’un cancer du poumon. Le but étant de disposer d’un algorithme permettant de dire à partir d’un simple scanner si une personne souffre ou non d’un cancer du poumon.

Une fois ceci fait, les diagnostics de six radiologues expérimentés et de l’algorithme ont été mis en compétition. Même avec l’avantage de disposer des dossiers médicaux des patients, les médecins ont plus souvent échoué à poser le bon diagnostic. Le programme a atteint 94,4% de réussite, identifié 5% de vrais malades non repérés par les médecins, qui ont par ailleurs diagnostiqué à tort 11% de cancers en plus par rapport au logiciel. Même si la qualité de l’analyse objective réalisée en 3D par l’IA est d’ores et déjà une vraie révolution en matière de diagnostic du cancer du poumon, et évitera bien des biopsies inutiles, des progrès restent encore à réaliser pour les cas les plus complexes, in fine tranchés par les médecins.


La sélection

Les dernières sélections