La Sélection du jour | « Jeanne d’Arc » : Charlotte d’Ornellas censurée par France Télévisions, un cas d’école ! (n°1270)
Partager

Médias

La synthèse

« Jeanne d’Arc » : Charlotte d’Ornellas censurée par France Télévisions, un cas d’école !

Par Philippe Oswald - Publié le 08 mai 2021

Encore une chaîne de service public, donc financée par nos impôts, prise en flagrant délit de censure partisane ! Ce 8 mai, France 3 Centre-Val de Loire devait diffuser un film réalisé pour les traditionnelles fêtes de Jeanne d’Arc, organisées et financées par la municipalité pour célébrer la délivrance de la ville assiégée par les Anglais, grâce à l'intervention de Jeanne d'Arc et son armée le 8 mai 1429 (ce documentaire se substituant cette année à l’habituel défilé en raison de la crise sanitaire). Le 27 avril, moins de deux semaines avant la date de projection, France 3 Centre-Val de Loire a annoncé qu’elle ne diffuserait pas ce film, malgré son engagement. Raison invoquée : la participation sous forme de voix « off » (l’une des trois du documentaire) de la journaliste Charlotte d'Ornellas (elle-même orléanaise et qui avait été choisie, alors qu’elle avait 16 ans, pour incarner Jeanne d'Arc lors des festivités de 2002). Prétexte invoqué par France 3 : « Ce programme sera un produit trop politisé » qui empêcherait le « respect des valeurs du service public » en raison de la participation d’« une personnalité connue proche de la droite identitaire ».

Quelles sont donc ces mystérieuses et fragiles « valeurs du service public » (?) que la voix off de Charlotte d’Ornellas évoquant Jeanne d’Arc suffirait à mettre en péril ? La « pluralité », la « diversité » ? La chaîne de service public ne craint pas de les invoquer pour censurer ce documentaire. Dans La République du Centre, le directeur régional de France 3 Centre-Val de Loire, Jean-Jacques Basier, énonce comme une évidence qui devrait s’imposer à tous : « Quand j’ai appris que la voix off de ce programme serait faite par une journaliste de Valeurs actuelles, les bras m’en sont tombés. Pour un programme diffusé sur une chaîne publique, c’est quand même très compliqué ». « La télévision publique n’est pas un média engagé », argue la société des journalistes de France 3 Centre Val de Loire. Pourtant qui peut douter que tout aurait été plus simple si la journaliste avait appartenu à la rédaction du Monde ou à celle de Libération ?

Le maire LR d’Orléans, Serge Grouard, ne l’entend pas de cette oreille : il dénonce une « claire et nette volonté de censure », « une police de la pensée ». À l’hebdomadaire Le Point (en lien ci-dessous), il précise que les trois séquences filmées qui nourriront le documentaire sont « la remise de l'épée, la transmission de l'étendard et la restitution de l'étendard de Jeanne d'Arc, des scènes historiques qui n'ont aucune connotation politique ». Une autre journaliste connue pour son indépendance d’esprit, Sonia Mabrouk, était invitée de C à vous sur France 5, le 14 avril dernier, pour parler de son dernier livre « Insoumission française » (éd. de l'Observatoire). Or, la production de l'émission a décidé d'annuler l'invitation la veille. « Voilà qui manque singulièrement d'élégance », a publié sobrement Sonia Mabrouk sur son compte Facebook.

On peut voir le documentaire censuré par France 3 sur le site de la ville d’Orléans.


La sélection

Les dernières sélections