Partager

Santé

La synthèse

Hong Kong : les masques, ça marche !

Par Louis Daufresne - Publié le 25 mars 2020

Dans la « guerre » contre le coronavirus, le plan de bataille du gouvernement ne prévoit pas de rendre le port du masque obligatoire pour toute la population. Les stocks sont même réquisitionnés afin, dit le décret du 3 mars, « d'en assurer un accès prioritaire aux professionnels de santé ». Cette restriction est-elle opportune ? L’exemple de Hong Kong semble prouver l’inverse. L’info est communiquée par la correspondante du Monde, de Radio France et de RFI, Florence de Changy. Depuis plusieurs semaines, elle proposait le sujet au « quotidien de référence ». Sans succès. La journaliste prit alors l'initiative d'écrire à Martin Hirsch. Le directeur de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris acquiesça immédiatement. Si le masque n’est pas la panacée au COVID-19, il peut permettre de sortir au plus vite d'un confinement collectif intenable. « Par contraste, affirme Florence de Changy, l'exemple Hongkongais a montré que lorsqu'une population dans son entière totalité adopte le port du masque, comme forme de confinement individuel, la propagation du virus peut être quasiment arrêtée. »

Le territoire autonome de Hong Kong est l’un des plus denses du monde. 7,5 millions d'habitants cohabitent pour la plupart dans des espaces minuscules. Malgré ses échanges intenses avec la Chine, malgré la proximité des premiers épicentres (jusqu'à la fermeture des frontières mi février), Hong Kong ne déplore à ce jour que 4 morts du COVID-19. Quatre morts seulement ! Cette information peut être vérifiée sur l’excellent tableau de bord de suivi de la pandémie mis au point par l’Université Johns-Hopkins (Maryland). Le Centre pour la science et l’ingénierie des systèmes, codirigé par le professeur Lauren Garder, « anime » une carte mondiale en temps réel ([en ligne] : <https://urlz.fr/bGfk>). Les quatre dragons asiatiques font état de statistiques inouïes :

- Corée du Sud : 126 morts pour 9137 cas
- Hong Kong : 4 morts pour 410 cas
- Singapour : 2 morts pour 558 cas
- Taïwan : 2 morts pour 235 cas

Hong Kong étant limitrophe de la Chine, sa performance est d’autant plus impressionnante. Florence de Changy poursuit : « Je suis donc ahurie d'entendre les autorités sanitaires françaises continuer d'affirmer que le masque ne sert à rien ou à presque rien. Cela me semble grave et dangereux alors qu'il faudrait au contraire inciter tous les Français à en porter, pas seulement le corps médical et les forces de l'ordre. » Passé l’incompréhension, elle argumente : « (…) Le masque, même de mauvaise qualité, est (…) l'écran physique le plus évident qui soi pour faire obstacle à la propagation du virus. Il ne sert pas à se protéger du virus (et c'est vrai qu'il protège assez mal), mais il sert à protéger les autres de soi. Exemple : plusieurs chauffeurs de taxi qui portaient le masque à Hong Kong ont été contaminés car leurs passagers ne le portaient pas. » Et d’ajouter une recommandation : « Quand un médecin ausculte un patient potentiellement porteur, il serait sans doute plus efficace pour protéger le médecin que ce soit le patient qui porte le masque et non l'inverse. »

Le port du masque apparaît, selon ses mots, comme l’acte civique d’intérêt collectif. Et Florence de Changy le trouve d’autant plus admirable que cette attitude « s'est faite en dépit des consignes gouvernementales lesquelles, comme en France, ne recommandaient le port du masque que pour les malades et les soignants ». Comme un seul homme, les Hongkongais eurent le même réflexe que lors de l’épidémie de Sras en 2003.

Y a-t-il une pénurie de masques ? « Faux », répond la journaliste. « Je viens d'interviewer quelqu'un à Hangzhou qui m'a confirmé pouvoir livrer des millions de masques en France en quelques jours. (…) De nombreuses usines chinoises ont transformé leurs chaînes de production pour produire des masques (…). Mais la France a imposé des restrictions (…) qui semblent [en] compliquer et [en] ralentir l'importation et la distribution (…). » Et Florence de Changy de conclure par cette préconisation : « Inonder le marché français de masques et en imposer l'utilisation par tous permettrait de lever assez rapidement le confinement. Les masques pourraient être subventionnés ou distribués gratuitement, ce qui coûterait beaucoup moins cher à l'économie que les conséquences d'un confinement drastique "à la chinoise". Entre le confinement et le port du masque comme forme de confinement individuel et mobile, les Français ne devraient pas hésiter longtemps. »


La sélection

Les dernières sélections