Partager

Société

La synthèse

Enfants « transgenres » : arrêtons le massacre !

Par Philippe Oswald - Publié le 25 septembre 2021

C’est une contagion sociale qui fait des ravages dans les pays occidentaux dont les lois s’adaptent en permanence aux désirs individuels : on manipule, on drogue et on mutile des enfants persuadés de n’être pas nés dans le « bon corps » (« dysphorie de genre » en termes psychiatriques) pour accéder à leur envie de changer de sexe. Une cinquantaine de médecins, psychologues et intellectuels de plusieurs pays poussent un cri d’alarme dans une tribune publiée par L’Express (en lien ci-dessous). Associées au collectif pluridisciplinaire Observatoire des discours idéologiques sur l’enfant et l’adolescent, ces personnalités (dont Chantal Delsol, Elisabeth Badinter, Christian Flavigny, Jean-Pierre Rosenczveig …) dénoncent « une grave dérive commise au nom de l’émancipation de l’enfant-transgenre » qui peut avoir des impacts durables et même irréversibles sur la santé des enfants et des adolescents. C’est l’idéologie du « gender » et l’argument de ressentis « érigés en vérité », notamment sur les réseaux sociaux animés par des militants, qui conduisent à légitimer des traitements médicaux à vie et des opérations mutilantes telles que l’ablation des seins ou des testicules. « Au nom de l'”autodétermination” – véritable slogan qui séduit tous les progressistes – je suis libre de choisir le corps que je veux – des enfants et des adolescents sont convaincus qu’ils peuvent changer de sexe à l’aide de traitements hormonaux voire de chirurgies mutilantes » déplorent les signataires de cette tribune, en incitant les parents et les professionnels à ne pas céder au leurre d’une « transidentité ».

De plus en plus de gouvernements européens adoptent des lois conçues pour faciliter le changement de « genre » : de telles législations existent déjà à Malte, en Irlande, en Ecosse, en Norvège, en Espagne, en Hollande (avec le « protocole néerlandais » souvent donné en exemple de réponse « prudente » à la « dysphorie de genre » en bloquant la puberté par un traitement hormonal à l'âge de 12 ans, puis l'administration d'hormones à 16 ans avant l’acte chirurgical pour changer de sexe à 18 ans). Plusieurs de ces lois ouvrent la voie aux mineurs pour entamer le processus de transition indépendamment du consentement des parents, réputés « conservateurs ». Certains pays sont « en pointe », telle l’Ecosse. Le gouvernement écossais permet désormais aux enfant dès l’âge de l’entrée en primaire (théoriquement, dès 4 ans !) de « changer de nom d’usage et de sexe à l’école sans le consentement de leurs parents ». Au Royaume-Uni, le nombre de diagnostics de « dysphorie de genre » a augmenté de 4 500% entre 2009 et 2016, les filles étant majoritaires à 80%. Ayant à se prononcer sur la plainte de Keira Bell, une jeune britannique déplorant la décision qu’elle avait prise quelques années plus tôt (traitement à la testostérone à l'adolescence, ablation des seins à 20 ans), la Haute Cour du Royaume-Uni a certes jugé (1/12/2020) qu’un mineur ne pouvait pas avoir le consentement éclairé pour demander de changer de sexe avec des conséquences médicales irréversibles, mais ce jugement a été infirmé par la Cour d'appel (19/09/2021), ouvrant une nouvelle fois la voie à la médicalisation des enfants et des adolescents au nom des droits humains confondus avec des désirs individuels. En mai 2021, le Parlement allemand a examiné un nouveau projet de loi sur « l'autodétermination des genres » émanant de deux propositions distinctes, l'une du FDP (Parti libéral démocrate) et l'autre du Parti vert. Les deux propositions suggéraient que dès 14 ans, les adolescents pourraient consentir eux-mêmes aux hormones ou à la chirurgie, sans la permission de leurs parents. Les projets de loi ont été rejetés mais ils ne manqueront pas d’être réintroduits…

En France, les signataires relèvent « une inflation considérable de demandes de changement de sexe chez les enfants et plus particulièrement chez les adolescentes ». Pour la seule Ile-de-France, on enregistre dix demandes par mois contre dix par an au début des années 2010. Ces médecins, psychologues et intellectuels n’hésitent pas à pointer la mystification selon laquelle « un enfant délesté de l’accord de ses “réactionnaires” de parents, serait à même de “choisir” son identité dite genrée. »

Derrière l’idéologie et ses discours « stéréotypés » se cachent une fois de plus (comme dans la PMA et la GPA) de juteux intérêts économiques : la « marchandisation du corps des enfants » en fait des « patients à vie : consommateurs à vie de produits chimiques hormonaux commercialisés par les firmes pharmaceutiques, consommateurs récurrents de toujours plus d’opérations chirurgicales dans la poursuite du rêve chimérique d’un corps fantasmé. » Mais peu osent s’y opposer frontalement « par crainte de certaines associations LGBTQI+ », concluent le signataires. Eux, du moins, ne se laissent pas intimider : face à la « mystification » de « l'enfant-transgenre » qui « relève de l'embrigadement idéologique », « nous ne pouvons plus nous taire ».


La sélection

Les dernières sélections