Partager

Sciences

La synthèse

Des bébés génétiquement corrigés nés en Chine ?

Par Judikael Hirel - Publié le 26 novembre 2018

Ce qui n’était qu’une hypothèse, et une crainte, lointaine est apparemment devenu possible. Un chercheur chinois a annoncé lundi 26 novembre la naissance de jumelles à l’ADN génétiquement corrigé avant leur naissance. Un grand pas vers le transhumanisme ?


He Jiankui, chercheur de l’université de Shenzhen (qui s’est désolidarisée de ses travaux juste après son annonce), dit être parvenu à modifier chez deux embryons le gène CCR5, considéré comme la clé du virus du sida, puis avoir implanté ces embryons dans l’utérus d’une femme. Ces deux bébés, ces jumelles "éditées", seraient nées ce mois-ci. He Jiankui dit au total avoir altéré les embryons de sept couples dans le cadre de traitements de fertilité. Une grossesse serait arrivée à terme. Selon lui, son but n’était pas de soigner ou prévenir une maladie génétique, mais de développer une aptitude à résister à une future infection du virus du Sida. Pour l’instant, nul n’a pu vérifier la véracité des propos de ce chercheur chinois, qui a précisé que les parents impliqués ne voulaient pas être identifiés ou interrogés, et qu’il ne dirait pas où ils vivent.


D’un point de vue tant scientifique qu’éthique, cette annonce a fait l’effet d’une bombe. Si c’est faux, c’est un scandale. Si c’est vrai, cela l’est plus encore, car une ligne a alors été franchie :  l’interdiction de transformer les embryons et les gamètes à des fins de réimplantation. Il est en principe interdit de procéder à des modifications d’ADN pouvant être transmises aux générations suivantes, avec le risque d’endommager d’autres gènes. "Je ne voulais pas juste réaliser une première, mais aussi un exemple", a-t-il déclaré, suscitant la condamnation quasi unanime de ces expérimentations. "C’est de l’inconscience, une expérimentation sur l’être humain indéfendable tant d’un point de vue morale qu’éthique", a déclaré à l’agence AP le Dr. Kiran Musunuru, expert de l’édition des gènes humain à l’université de Pennsylvanie.


Ces déclarations de ce scientifique chinois interviennent à la veille d’un sommet international justement consacré à l’édition du génome humain, à Hong Kong. L'édition du génome human est la possibilité de corriger les gènes d’un individu via des  "ciseaux moléculaires". Les derniers en date, Crispr-Cas9, permettent pour la première fois de cibler avec précision une portion de gène. La régulation de ces technologies en évolution rapide est urgente, et les questions éthiques qu’elles soulèvent restent béantes. Faut-il interdire ces méthodes, les réguler, avec le risque que certains, dénués de freins éthiques ou religieux, ne respectent pas ces règles et ces interdits, et donnent naissance à des "transhumains" génétiquement modifiés, voire "améliorés" ?


La sélection

Les dernières sélections

Pourquoi s'abonner à LSDJ ?

Vous êtes submergé d'informations ? Pas forcément utiles ? Pas le temps de tout suivre ?
Nous vous proposons une sélection pour aller plus loin, pour gagner du temps, pour ne rien rater.

 Sélectionner et synthétiser sont les seules réponses adaptées ! 

0€ si vous voulez, 20€ (conseillé), ou tout montant de votre choix.
Le paiement de mon abonnement permet à LSDJ de poursuivre la diffusion d'informations de qualité, d'assurer son indépendance, et de pérenniser son avenir.