Partager

Histoire

La synthèse

Dans l’esprit de Léonard de Vinci

Par Judikael Hirel - Publié le 24 mai 2019

On a célébré le 2 mai dernier le demi millénaire de la mort d’un génie comme l’humanité en a sans doute peu connu : Léonard de Vinci. S’il n’est pas compliqué de se rendre au Clos-Lucé pour découvrir les lieux où il vécut les dernières années d’une longue vie, il faut en revanche s’appeler Bill Gates pour compter dans ses collections personnelles l’un des Codex de Vinci, ces fameux carnets dans lesquels, de son écriture miroir, il notait idées, intuitions et schémas en tous genres.

Parmi ces carnets, figure le Codex Atlanticus,
rédigé entre 1478 et 1519, surtout de 1507 à 1508, et comptant plus d’un millier de pages. Des pages que tout un chacun peut désormais feuilleter en ligne : la bibliothèque Ambrosienne de Milan, en partenariat avec The Visual Agency, a patiemment scanné l’ensemble de ses pages, désormais consultables gratuitement via Internet.

L’ouvrage qui inspira jadis Dan Brown pour la trame de son Da Vinci Code compte en tout 1119 planches grand format abordant l’ensemble des champs d’étude de l’artiste et scientifique de la Renaissance : géométrie, algèbre, sciences naturelles, architecture, machines et instruments, anatomie… Sans oublier des commentaires sur l’air du temps comme sur ses lectures du moment. On peut désormais s’y plonger aussi bien au hasard que dans un but précis, l’ensemble des pages ayant été indexées par date comme par sujet. Le plus célèbre des passages de ce Codex, en sus de certaines de ses illustrations : le CV en neuf point de Léonard de Vinci, destiné à convaincre le duc de Milan de lui confier la charge d’ingénieur militaire.


La sélection

Les dernières sélections