Partager

International

La synthèse

Chine : Xi Jinping sur le modèle de Mao Zedong

Par Philippe Oswald - Publié le 29 août 2020

Xi Jinping ne s’embarrasse pas de faux-semblants à l’usage de l’Occident. Le président de la République populaire de Chine, comme d’ailleurs le président turc Erdogan, a choisi de se montrer tel qu’il est : un dictateur sans complexe. Si Erdogan se démarque du « laïc » Kemal Atatürk par un retour à l’islam, Xi Jinping renoue avec la « pureté » révolutionnaire, quelque peu entachée sous ses prédécesseurs, pour mettre ses pas dans ceux de Mao Zedong. Lui-même biberonné au « Petit Livre rouge », Xi Jinping professe comme le Grand Timonier que « la Révolution n’est pas un dîner de gala ; elle ne se fait pas comme une œuvre littéraire, un dessin ou une broderie. » Non seulement il le professe, mais il l’a éprouvé dans sa chair à travers le sort subi par son père, haut cadre du Parti (vice-président de l'Assemblée populaire et vice-Premier ministre) « purgé » pendant la Révolution culturelle. Le jeune Xi Jinping s’était alors démarqué de son père comme doit le faire tout bon communiste pour garder ou retrouver les faveurs du Parti.

Aujourd’hui, Xi Jinping est persuadé d’incarner en sa personne la nouvelle révolution chinoise. En mars 2018, il a fait modifier la Constitution pour y inscrire sa pensée (un privilège jusqu'alors réservé à Mao Zedong et Deng Xiaoping) et rester président de la Chine pour une durée illimitée. Mais il ambitionne à présent de devenir comme Mao président du Parti (et non plus seulement Secrétaire général) au prochain Congrès en 2022. Comme son modèle, il n’éprouve aucun scrupule pour abattre tous les obstacles qui pourraient se dresser sur sa route, pour recevoir à ce 20ème Congrès la consécration de chef et de guide suprême en lieu et place de la direction collégiale mise en place à partir des années 1980 par le successeur de Mao, Deng Xiaoping. D’ici là, « les équipes légales et politiques doivent être absolument loyales, pures et fiables », a averti le zélé Chen Yixin, Secrétaire général de la Commission des questions politiques centrale et juridique.

Dans la meilleure tradition des purges révolutionnaires (sous Mao comme sous Staline mais déjà à l’œuvre pendant la Révolution française), Xi Jinping a entrepris de « déraciner les membres néfastes du troupeau » autrement dit tous ses opposants. Il a lancé à cette fin dans tout le pays une campagne « d’éducation et de rectification ». « Éliminez les membres nuisibles du troupeau, les "personnes à deux visages" qui sont déloyales et malhonnêtes envers le Parti », a lancé le fidèle Chen Yixin. Retrouvant des accents dignes de la Révolution culturelle, celui-ci a ordonné aux officiers de police, juges, procureurs, agents de la sécurité d’État « d’enfoncer la lame jusqu’à l’os » des corrompus afin d’en « retirer le poison ». Symboliquement, la police, elle-même en cours de purge, a été dotée d’un nouvel étendard (photo) présenté en grande pompe place Tiananmen le 26 août par près de 300 membres des forces de police en uniforme, poing levé devant Xi Jinping. Les couleurs de ce drapeau sont celles des commissariats en Chine : une bande bleue épaisse sur fond rouge, le rouge représentant « le leadership absolu du Parti communiste chinois » sur les forces de sécurité, explique le Quotidien du peuple sur son compte Twitter. La première victime notable de cette purge est Gong Daoan, chef de la police de Shanghai et vice-maire de la capitale économique chinoise, limogé pour « corruption ». D’autres ont réussi à fuir la Chine à temps, telle Cai Xia qui n’a pour autant rien d’une dissidente puisqu’elle enseignait aux cadres du Parti ; mais elle avait eu le front d’accuser Xi Jinping, de se comporter en « chef de la mafia ».

Mais il faut toujours envisager le grain de sable ou le caillou dans la chaussure. Si toute opposition semble vouée à l’échec en interne, l’aura de la Chine a fortement pâli sur la scène internationale, notamment à cause de sa gestion de la Covid-19 et de l’application de la loi de sécurité nationale imposée par Pékin à Hongkong en violation du traité de rétrocession signé en juin 1997 avec le Royaume Uni (cf. LSDJ 1039). La multiplication des arrestations à Hongkong n’a pas muselé la résistance qui s’exprime maintenant depuis l’île ou de l’étranger via des moyens de communication sécurisés, comme Telegram, Signal ou Wire. 


La sélection

Les dernières sélections