Partager

International

La synthèse

Chine : un État criminel à la tête d’un monstrueux trafic d’organes

Par Olivier Bonnassies - Publié le 20 avril 2017

Sur le prestigieux site international Epoch Times (19 langues, plus de 22 millions de pages vues par mois, de nombreuses récompenses internationales), basé à New York et spécialisé dans la couverture de l’actualité chinoise, ces nouvelles informations sur le trafic d’organes prélevés sur des prisonniers exécutés.

L’affaire n’est pas nouvelle. Mais dix ans après la sortie du premier rapport sur le trafic d’organes prélevés dans des prisons et des camps de concentration, voici de nouvelles révélations sur sa poursuite et son ampleur. En Chine communiste, chaque année, entre 60 000 à 100 000 prisonniers sont exécutés  pour leurs organes. Parmi eux, des condamnés de droit commun mais aussi de nombreux prisonniers de conscience dont on peut dire qu’ils sont purement et simplement assassinés. Ce sont en majorité des pratiquants de Falun Gong (discipline traditionnelle pratiquée par 100 millions de Chinois), mais aussi des Ouïghours, des Tibétains et des chrétiens.

C’est ce que révèlent dans cet entretien le journaliste d’investigation Ethan Gutman (nominé pour le prix Nobel de la Paix 2017), et les avocats David Matas et Theresa Chu. Cette dernière, avocate taïwanaise, a présenté à l’ONU une pétition réunissant 5 millions de signatures pour que l’organisation s’oppose à la pratique de prélèvements forcés d’organes. Sans succès jusqu’à présent… la Chine siégeant au Conseil de Sécurité.

Il est néanmoins tout à fait surprenant que la presse occidentale, si prompte à dénoncer la Russie de Poutine, soit si peu diserte sur les crimes de masse du Parti communiste chinois.

Le but que poursuivent actuellement ces défenseurs des milliers de victimes innocentes est la fin de l’accréditation de l’Institution de transplantation chinoise par le milieu médical occidental.


La sélection

Les dernières sélections