Partager

Eglise

La synthèse

Chine : les catholiques résistent à l’oppression communiste

Par Philippe Oswald - Publié le 18 septembre 2018

Parmi les nombreuses victimes du totalitarisme communiste chinois, les catholiques sont de nouveau particulièrement ciblés, signe qu’ils dérangent le pouvoir. Celui-ci multiplie les destructions d’églises, non seulement celles dont la construction est déclarée  « illégale », mais aussi de plus anciennes, telle l’église de Qianwang (district de Licheng, province du Shandong) érigée au milieu du XVIIIe siècle et rasée le 13 août dernier sous prétexte qu’elle gênait un plan d’urbanisme décrété en 2014 par les autorités de Licheng.  Mais le pouvoir communiste ne se contente pas de déclarer des lieux de culte « illégaux » pour les détruire au bulldozer, même lorsqu’ils sont desservis par l’Eglise « officielle » comme l’était celle de Qianwang : il multiplie les intimidations contre les fidèles.

Les paroissiens sont fichés et étroitement contrôlés, les prêtres étant contraints de remettre aux autorités la liste de leurs ouailles, des fonctionnaires et des enseignants reçoivent des injonctions à renoncer à leur pratique religieuse, eux et leurs familles, des personnes âgées sont menacées de perdre leur sécurité sociale. Mais c’est surtout aux jeunes que le Parti communiste tente de barrer la route de la foi.  Ainsi dans la province centrale du Henan (voisine du Shandong), une des plus peuplées de Chine, les autorités ont affiché un panneau : « Entrée interdite aux mineurs » (moins de 18 ans) sur la porte d’une église dont des fonctionnaires contrôlent l’accès. Des croix ont été retirées des clochers : les curés ont désormais l’obligation d'ôter les signes religieux donnant sur l'espace public et de leur substituer le drapeau rouge national.

Résultat : les églises domestiques se multiplient face à une répression qui commence à rappeler aux anciens celle de la Révolution culturelle des années 1966-1976. Comme chez les premiers chrétiens persécutés par l’Empire romain, les catholiques chinois transforment leurs maisons en églises clandestines où des prêtres viennent célébrer et où les parents assurent la formation religieuses de leurs enfants. Plusieurs de ces résistants témoignent dans un reportage publié par Eglises d’Asie, le site des Missions Etrangères de Paris. « Chaque persécution ne fait que rendre l’Église plus forte et les fidèles plus déterminés », assure l’un d’eux. Elle contribue aussi à unir les quelque 12-14 millions de catholiques chinois déchirés entre une Eglise « patriotique », contrôlée par le régime communiste, et l’Eglise « clandestine » fidèle à Rome.


La sélection

Les dernières sélections

Pourquoi s'abonner à LSDJ ?

Vous êtes submergé d'informations ? Pas forcément utiles ? Pas le temps de tout suivre ?
Nous vous proposons une sélection pour aller plus loin, pour gagner du temps, pour ne rien rater.

 Sélectionner et synthétiser sont les seules réponses adaptées ! 

0€ si vous voulez, 20€ (conseillé), ou tout montant de votre choix.
Le paiement de mon abonnement permet à LSDJ de poursuivre la diffusion d'informations de qualité, d'assurer son indépendance, et de pérenniser son avenir.