Partager

International

La synthèse

Bain de sang dans la Bande de Gaza

Par Judikael Hirel - Publié le 14 mai 2018

Ce lundi 14 mai aura été la journée la plus meurtrière dans la bande de Gaza depuis 2014. La journée de tous les dangers, de toutes les crispations. Alors qu'Israël fêtait le 70e anniversaire de la nation juive, l’ambassade des Etats-Unis se déplaçait de Tel Aviv vers Jérusalem. Une reconnaissance de facto par les Etats-Unis de la ville trois fois sainte comme capitale de l’Etat d’Israël qui a entraîné à la fois une démonstration de colère de la part des Palestiniens, pour ce qu’ils nomment le jour du Nabka (la catastrophe), et de force de la part de Tsahal.


La relocalisation de l’ambassade américaine à Jérusalem, si elle a notamment été condamnée par la France, a bien évidemment été saluée par le Premier Ministre Benjamin Netanyahu, qui a remercié Donald Trump pour "avoir le courage de tenir ses promesses". "Quel jour de gloire pour Israël, nous sommes à Jérusalem et nous sommes là pour rester." Ce dernier était représenté par sa fille Ivanka et son gendre Jared Kushner, dont les grands-parents ont survécu à l’Holocauste. "Jérusalem doit rester une cité qui rassemble tous les hommes de toutes les religions", a-t-il notamment déclaré dans son discours. Pour autant, pendant ce temps, dans la Bande de Gaza, des dizaines de milliers de manifestants exprimaient leur colère. "Comme les manifestations l’ont montré ce dernier mois ainsi qu’aujourd’hui, ceux qui provoquent la violence sont une part du problème et non une part de la solution", a également déclaré Jared Kushner.


Bilan : un véritable bain de sang, avec 52 Palestiniens tués et plus de 2000 blessés, selon Riyad Mansour, ambassadeur palestinien à l'ONU. Les ONG Amnesty International et Human Rights Watch (HRW) ont pour le part dénoncé un recours injustifié aux tirs à balles réelles, la première fustigeant une "violation abjecte" des droits de l'Homme, allant jusqu'à parler de "crimes de guerre". De son côté, le ministre israélien de la Défense Avigdor Lieberman avait prévenu que l'armée emploierait "tous les moyens" pour empêcher les Palestiniens de s'en prendre à la barrière frontalière, aux soldats ou aux civils israéliens riverains du territoire palestinien.


La sélection

Les dernières sélections

Pourquoi s'abonner à LSDJ ?

Vous êtes submergé d'informations ? Pas forcément utiles ? Pas le temps de tout suivre ?
Nous vous proposons une sélection pour aller plus loin, pour gagner du temps, pour ne rien rater.

 Sélectionner et synthétiser sont les seules réponses adaptées ! 

0€ si vous voulez, 20€ (conseillé), ou tout montant de votre choix.
Le paiement de mon abonnement permet à LSDJ de poursuivre la diffusion d'informations de qualité, d'assurer son indépendance, et de pérenniser son avenir.