Partager

Santé

La synthèse

Alzheimer, cancer, diabète : l’aube d’une révolution

Par Philippe Oswald - Publié le 16 mars 2019

Avec le vieillissement de la population, les cas de maladies, dégénératives notamment, se multiplient. Mais la connaissance de ces maladies et les progrès technologiques sont sur le point de révolutionner leurs traitements. D’ores et déjà, l'immunothérapie, une technique qui consiste à renforcer les défenses immunitaires du patient contre sa maladie, a fait ses preuves dans le domaine de l'oncologie, des maladies neuro-dégénératives ou des maladies rares. Pourvu que le financement accompagne la prise en charge des malades, les soins devraient encore considérablement progresser au cours de la prochaine décennie, selon l'analyse prospective « Santé 2030 » menée par les experts du Leem (le principal syndicat de l'industrie pharmaceutique) et du think tank Futuribles.

 S’agissant par exemple du cancer, les progrès thérapeutiques passeront par « des associations d'immunothérapies, des traitements épigénétiques (visant l'ADN des cellules) et des traitements ciblés », de plus en plus individualisés grâce aux nouveaux algorithmes décisionnels issus de l'intelligence artificielle. Dans le traitement du cancer ou d’autres pathologies, pour être sûr qu’une molécule aura un effet bénéfique sur notre organisme, elle sera d'abord testée de façon virtuelle sur notre « jumeau numérique », une copie digitale de nos données de santé. 

Dans le traitement du diabète, alors que les pompes à insuline et les capteurs collés sur la peau ont déjà amélioré la vie des patients, ceux-ci devraient bénéficier sous peu de « solutions intégrées combinant technologie numérique et injection d'insuline », une « insuline intelligente qui s'active lorsque la glycémie augmente ».

Et Alzheimer ? Les thérapies géniques commencent à être appliquées mais n’ont actuellement d’effet que dans 4 à 5% des cas. Toutefois, d’ici dix ans, on pourrait enfin comprendre d'où vient l'accumulation anormale de protéines dans le cerveau et y remédier grâce à la « microfluidique », la technologie des fluides à l'échelle micrométrique qui permet de simuler des réseaux de neurones. Un modèle emprunté à la nature, explique le Pr Patrick Tabeling, directeur de l'Institut Carnot Pierre-Gilles de Gennes : « C'est ainsi que la sève circule dans les arbres grâce à des microvalves ou que l'araignée utilise un bioréacteur microfluidique pour tisser sa toile ».

Où l’on voit que la médecine la plus en pointe de notre temps rejoint l’antique sagesse aristotélicienne ainsi formulée par saint Thomas d’Aquin : « Ars imitatur naturam in sua operatione in quantum potest » : l’art imite la nature dans sa façon d’opérer, autant que faire se peut (Thomas d'Aquin, In Post Analytica, I, 1, 5). 

 

 

 

 


La sélection

Les dernières sélections

Pourquoi s'abonner à LSDJ ?

Vous êtes submergé d'informations ? Pas forcément utiles ? Pas le temps de tout suivre ?
Nous vous proposons une sélection pour aller plus loin, pour gagner du temps, pour ne rien rater.

 Sélectionner et synthétiser sont les seules réponses adaptées ! 

0€ si vous voulez, 20€ (conseillé), ou tout montant de votre choix.
Le paiement de mon abonnement permet à LSDJ de poursuivre la diffusion d'informations de qualité, d'assurer son indépendance, et de pérenniser son avenir.