La Sélection du jour | 60% des djihadistes revenants récidivent (n°1021)
Partager

Islam

La synthèse

60% des djihadistes revenants récidivent

Par Judikael Hirel - Publié le 22 juillet 2020

Il est bien loin le temps où l’on parlait de cellules de déradicalisation des djihadistes et autres terroristes revenant... La réalité est plus têtue que les idéaux de réinsertion : selon, une étude inédite tout juste communiquée au Sénat par le Centre d’analyse du terrorisme (CAT), le taux de récidive est très élevés chez les terroristes islamistes. Ainsi, sur 166 individus ayant séjourné entre 1988 et 2006 en Irak, Afghanistan ou en Bosnie, 160 sont revenus vivants, et 91 ont été condamnés postérieurement en France ou à l’étranger pour des infractions terroristes distinctes. Soit un taux de récidive de 60%.

Jusqu’à présent, les études internationales portant sur l’ensemble des djihadistes identifiés dans le monde concluaient à un taux de réengagement de "seulement" 11%. Et encore, ce chiffre ne comprend pas les djihadistes ayant rejoint Daech, pour la plupart encore incarcérés. Selon Jean-Charles Brisard, président du CAT et signataire de l’étude avec Manon Chemel et Sacha Belissa, cette statistique est d’autant plus importante qu’il s’agit là des individus les plus dangereux tant par leur engagement idéologique, que par leur formation au maniement des armes et des explosifs et leur capacité à recruter. On peut noter au passage que 100% des islamistes partis pour le premier djihad irakien ont récidivé.

Et demain ? Qu’en sera-t-il des disciples de Daesh ? Sur 531 personnes jugées et condamnées depuis 2014, la majorité est encore en prison. Plus largement, selon les chiffres de l’Administration pénitentiaire repris par la Cour des comptes, dans son récent rapport sur "les moyens de la lutte contre le terrorisme", en 2018 et 2019, 1 895 détenus gagnés aux thèses de l’islam radical ont recouvré la liberté à la fin de leur peine. Parmi eux, 181 étaient des détenus "TIS" (connus pour des faits liés au terrorisme islamiste), et 1 714 détenus de droit commun susceptibles de radicalisation (DCSR). Pour la période 2020-2022, la Cour des comptes table sur 645 libérations dont 147 TIS et 498 DCSR. Elle souligne par ailleurs que "l’Administration pénitentiaire n’est pas en mesure de fournir le nombre de détenus pour terrorisme islamiste (TIS) ou radicalisés (RAD) sortis de prison avant novembre 2017". On estime que, parmi les individus incarcérés pour des faits de terrorisme islamiste, 43 seront libérés en 2020, 57 en 2021, et 46 en 2022. Avec un taux de récidive de 60% ?


La sélection

Les dernières sélections