Partager

International

La synthèse

2020 : un choc peut en cacher un autre

Par Louis Daufresne - Publié le 27 mars 2020

En ce temps de haute incertitude, chacun peut vérifier ce paradoxe médiatique : on en a assez de n’entendre parler que de ça et on ne peut rien écouter d’autre. Tout juste le sourire de feu Michel Hidalgo, patron des Bleus de l’épopée Platini, rappelle-t-il furtivement à nos aînés quelques souvenirs de ferveur collective. Pour le reste, le coronavirus met le drapeau de notre curiosité en berne. Cependant, si l’épidémie nous fait vivre au jour le jour, le monde continue sur des tendances de fond. La démographie en est une. L’Inde vient de confiner un milliard d’habitants. L’Europe passe la barre des 15 000 morts et le mal commence à s’implanter sévèrement aux États-Unis. Bien que les EHPAD soient touchés (240 sur 600 en région parisienne !), on ne sait pas encore si le COVID-19 aura une incidence sur la pyramide des âges. Quelle qu’en soit l’issue, cette crise survient dans un moment particulier, l’année 2020, qui marque un basculement à trois égards. En effet, pour la première fois :

- les vieux (+ 65 ans) sont plus nombreux que les jeunes (- 4 ans) ;

- l’âge médian des Chinois est plus élevé que celui des Américains ;

- les urbains sont plus nombreux que les ruraux.

Ces faits sont analysés par le politologue Bruno Tertrais, directeur adjoint de la Fondation pour la recherche stratégique (FRS). Son essai s’intitule Le Choc démographique (Odile Jacob). Reprenons ces faits rapidement :

Le premier point parle du vieillissement de la population mondiale. Dit ainsi, on masque des écarts de plus en plus spectaculaires : « L'âge médian au Niger est de 15,2 ans seulement, contre 48,4 ans au Japon », relève Bruno Tertrais. C’est le continent eurasiatique qui vieillit le plus vite. L’Europe mais aussi la Chine : un tiers des Chinois aura plus de 60 ans en 2050. L’équation des retraites relève de la plus grande inconnue. Car la Chine n’est pas aussi développée que le Japon. La richesse nippone amortit les conséquences du vieillissement. La technologie supplée aux besoins quotidiens. Or, souligne Bruno Tertrais, « la Chine va vieillir avant de devenir riche ». Des experts autorisés par le régime appellent à lancer une politique nataliste. Vu d’ici, cette perspective a de quoi surprendre. En 30 ans, la Chine a doublé sa population. On imagine mal que ce réservoir de main d’œuvre puisse se tarir. Que se passerait-il si après la crise sanitaire, les Occidentaux s’avisaient de relocaliser massivement leurs productions ? Les jeunes chinois au chômage subviendraient-ils aux énormes besoins de leurs aînés ?

Le second point insiste sur le dynamisme des États-Unis. La croissance démographique n’est pas un atout en soi. L’Inde par exemple se porterait sans doute mieux si la péninsule était moitié moins peuplée (c'est moi qui le dis). « Tout dépend, indique le politologue, de la manière dont le pays gère son potentiel ». L’Amérique aimante les énergies, d’autres régions du monde n’offrent pas de débouchés à leur propre vitalité. Songeons un seul instant à l’Algérie où plus de la moitié de la population a moins de 20 ans….

Le troisième point met en exergue l’urbanisation frénétique. Un regard parisien incite à mythifier la ruralité. On oublie que « la ville est perçue, partout dans le monde, comme un lieu où l’on améliore ses conditions de vie », rappelle Bruno Tertrais. Même les bidonvilles paraissent plus enviables que les campagnes. Contrairement à une certaine vision apocalyptique, il récuse l’idée que la planète serait surpeuplée. Les ressources naturelles sont suffisantes ; « c'est l'homme qui ne sait pas bien les distribuer ».

Un autre aspect important concerne les migrations. Celles-ci vont s’accentuer. Citant des prospectives de l’Union européenne, Bruno Tertrais prédit qu’à l’horizon 2050 de 700 000 à 1 million d’Africains devraient venir chaque année en Europe. « C’est la conséquence du développement de l’Afrique », conclut-il sans catastrophisme. S’il annonce le choc démographique, l’expert ne croit pas au choc culturel.


La sélection

Les dernières sélections